ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

 Page créée le  29 juin  2006

 

 

Les carnets de René

 

 

La Commission Européenne a lancé un sondage intitulé

 "The Green Paper Energy"

sur le site http://ec.europa.eu/energy/index_en.html

 

afin de demander aux consommateurs européens d'exprimer leur opinion sur la future politique énergétique.

Je vous conseille vivement de saisir l'occasion. Il suffit de cliquer sur
The Green Paper "Energy" en haut à gauche et sur la nouvelle page de choisir
votre langue, en haut à droite (Français si vous voulez).

A partir de là, vous pouvez télécharger Le Livre Vert en cliquant sur fr (si
vous le voulez en français), et ensuite répondre au questionnaire en ligne,
toujours en cliquant sur fr dans l'encadré suivant. Attention ! Vous n'avez
que 90 mn pour le remplir. Je vous conseille donc de le sauvegarder pour le
remplir hors connection, et ensuite de faire des copiés-collés. Ainsi, vous
aurez le temps de réfléchir et exprimer correctement votre pensée.

Chacun est libre d'exprimer l'opinion qu'il veut, c'est un fait.

En ce qui me concerne, j'ai mis l'accent sur la décentralisation des énergies, donc sur des prises de décision locales plutôt qu'européennes, sur les énergies
renouvelables bien sûr mais plus particulièrement sur les énergies nouvelles en
voie de développement, et surtout sur la nécessité d'aider au financement de
l'innovation en la matière.

Ce qu'on peut regretter, c'est que ce genre de questionnaire demande
d'exprimer des opinions plutôt que des besoins. Or, les opinions sont très
versatiles et sont le plus souvent liées aux vagues émotionnelles qui parcourent
une population donnée. Par conséquent, elles sont influencées par l'actualité et
elles ne reflètent que très peu une réflexion approfondie des questions. Par
exemple, on a parlé récemment de la nécessité d'exploiter la biomasse afin
d'assurer notre indépendance énergétique. Les opinions approuveront évidemment
puisque l'indépendance énergétique est une bonne chose, mais qui pensera aux
conséquences sur la fertilité des sols ? Dans certaines régions céréalières,
on envisage de transformer les pailles en carburant. Or, la paille est la
principale source d'humus stable. Avec une telle politique à courte vue, il ne
faudra pas s'étonner si les sols deviennent de plus en plus sensibles à la
sécheresse, car le problème c'est bien celui-là, et non un manque d'eau dans les
nappes, qui n'est que secondaire. Un autre exemple, ce sont les éoliennes.
C'est très bien dans certaines régions isolées où le vent souffle en
permanence, mais on oublie de dire que leur rendement est très bas, qu'elles coûtent très cher et que l'énergie produite est payée 70% plus cher, donc qu'elles sont subventionnées et que par conséquent elles coûtent de l'argent au
contribuable au profit d'investisseurs le plus souvent étrangers.

Ces exemples, c'est surtout pour vous dire qu'une politique énergétique ne
s'improvise pas et qu'elle demande une réflexion très approfondie. Il faut
comparer ce qui est comparable et réfléchir aux conséquences de ses choix.

Si vous avez des questions ou des remarques à faire, vous pouvez m'écrire.

 

Page 36

 

Retour sommaire carnet 2006