ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

DES INVENTEURS DE SYSTEMES ANTIGRAVITATIONNELS ET MAGNETIQUES : 2/2 de Sinclair à Zinsser

Page créée le 09/10/1999


Retour au Menu

Accès au moteur de recherche

 

SINCLAIRE Pierre

Sinclaire Technology Research Ltd. Box 839, Fort Langley, B.C. Canada, V1M 2S2.
Fax : 604 888-8641 et e-mail : magnet@smartt.com

 
Pierre Sinclaire est un scientifique qui a consacré de longues années à la recherche d’avant garde sur des sources d’énergie alternative. Son travail a attiré l’attention de différents groupes qui l’ont chargé de construire des prototypes et de faire des expériences avec ces sources d’énergie. C’est ainsi qu’il a travaillé sur les principes de physique vibratoire de John Keely au sujet desquels, il a donné en 1988, sur l’invitation de Dale Pond (Président de Delta Spectrum Research) une conférence à Philadelphie.
 

Pierre Sinclaire s'est également intéressé à la production d’hydrogène par le mélange eau - essence destiné à donner une meilleure combustion dans les moteurs classiques, il a rendu visite à Stanley Meyer. Il a également construit un prototype de Testatika et écrit un article (distribué par the Space Energy Association, SEA de Floride) sur son fonctionnement et sa capacité potentielle, article qui a suscité des commentaires de la communauté scientifique allemande.

Il a travaillé aussi sur une alimentation sans transformateur pour les ordinateurs portables et des systèmes de distribution d’énergie allégés pourMaster Tech. Corp.

De 1989 à 1995 il a travaillé avec David Hamel sur une reproduction de l’un des quatre prototypes qui avait montré des effets antigravitationnels et d’autres effets inhabituels à Maple Ridge : le GMD (Gravity Magnetic Device) présenté au 3ème congrès de Denver, au Colorado, en avril 96.

Il met l’accent sur le fait que l’énergie produite, entourant le GMD est très puissante et rayonne en causant des interruptions de flux d’électrons dans les systèmes électriques (lampes, voitures, transformateurs) et interfère avec les transmissions électromagnétiques mais avec un système de contrôle adéquat, on peut stopper facilement ces effets. L’un des buts principaux du GMD est de comprendre les effets des champs magnétiques opposés inclus à angles de vecteur variables, comme dans les théories avancées par Tom Bearden.

Tout comme l’appareil de l’anglais Searl, le GMD montre une poussée verticale très forte qui le fait s’élever en l’air. Lorsque l’on comprendra le mécanisme interne qui est la cause des champs électrogravitationnels secondaires, on aura alors la possibilité de créer différentes machines capables de donner une énergie abondante.


Remarques sur le fonctionnement du G.M.D. par P. Sinclaire

" La configuration des éléments à l’intérieur du GMD est telle qu’elle donne une variation incluse constante de champs magnétiques opposés. A l’état de repos, les cônes mobiles sont équilibrés et stabilisés dans une répulsion de champ magnétique, comme un palier magnétique. C’est ce qui est le plus difficile à faire.

On démarre le GMD en faisant descendre à l’intérieur de la coque un aimant central placé sur le dessus de la caisse, en direction des cônes mobiles en équilibre magnétique momentané.

Ce faisant, cet aimant central opposé à celui qui est fixé au centre du cône supérieur, oblige le cône supérieur à se déplacer de côté, déséquilibrant ainsi l’équilibre magnétique entre les cônes à l’intérieur du GMD. Les cônes se tiennent en repoussoirs les uns par rapport aux autres pendant un court moment, et puis une énergie ressemblant à un plasma commence à se produire autour du GMD. L’énergie crée un changement de couleur, du rouge orange au bleu clair puis au blanc. Après cela, le GMD commence à perdre du poids et fait une ascension très importante comparée à son poids.

Jusqu’ici, le prototype a montré le même effet mécanique que David Hamel a annoncé. Quand le cône est déplacé à la main, l’air circule dans et en dehors du trou central et des bords extérieurs du GMD. Puisque le système de contrôle n’est pas terminé et les parois extérieures pas encore recouvertes, je ne peux pas parler de l’effet secondaire qui apparaît autour du GMD, mais compte tenu du fait que toutes les fonctions mécaniques ont prouvé leur justesse, je crois que l’effet devrait être celui annoncé.

A ma connaissance, cinq personnes se distinguent avec des appareils qui utilisent le principe d’opposition de champ magnétique à angles de vecteur, appareils qui font montre d’effets inhabituels similaires à ceux des appareils de David Hamel :

John Searl avec son disque en lévitation, John Hutchinson qui a montré le champ magnétique en opposition en se servant de bobines Tesla à diverses fréquences

W.J. Hooper et son appareil d’essai qui possède une bobine électromagnétique placée de telle façon que tous les champs magnétiques soient en opposition les uns par rapport aux autres et ceci dans un récipient métallique blindé ; il a montré une relation directe entre le champ à l’intérieur du récipient et le champ électrique apparaissant à l’extérieur.

Floyd Sweet qui a fabriqué plusieurs appareils prouvant qu’en exerçant une pression sur un aimant avec un champ magnétique opposé, celle-ci induit l’aimant à produire un champ secondaire dans l’espace environnant, en le piégeant ensuite avec des bobines scalaires.

Wilbert Smith qui a montré qu’en utilisant des bobines électromagnétiques bobines comme celle de Hooper, mais en faisant chevaucher deux bobines identiques, on produisait des effets inhabituels.

Tom Bearden qui, selon moi (Sinclaire) est le seul à avoir avancé la meilleure théorie pour expliquer un tel comportement énergétique inhabituel. Il a aussi expliqué ce qui est cause de cette réaction au niveau atomique."

Les schémas sont disponibles sous deux semaines pour $6 (port compris) à l’adresse indiquée. Des informations supplémentaires dans"The Granite Man and The Butterfly" de Jeane Manning et la vidéo intitulée "Conference at the Vernon Science Center" disponibles sur le site de " Project Magnet Inc."

Internet http://www.projectmagnet.com et cascadia-net.com
 


ZINSSER Rudolf

 
Physicien allemand, ingénieur consultant en électricité, inventeur, ancien directeur deZinsser InnovationInstitut Allemand d’Aéronautique et d’Astronautique à Idar-Oberstein, Allemagne. Il a également travaillé en Afrique du Sud.

Dès les années 50, Zinsser avait découvert que certaines éprouvettes, exposées un court instant à un champ d’ondes progressives non électromagnétiques, sont soumises à une force qui peut durer des minutes, des heures, voire plusieurs mois, sans autre influence extérieure.

 

Son exposé, au congrès de la D.V.S. à Hanovre en 1981 avait été suivi de vives critiques de la part des allemands. Il était présent à Toronto en 1981, et les congressistes ont mieux accueilli sa démonstration qu’en Allemagne. Les Canadiens lui ont apporté leur soutien financier.

Le transducteur cinétobarique de Zinsser

Son transducteur cinétobarique, par un contrôle prolongé de la direction de son champ de gravitation local, transforme l’impulsion motrice ainsi déclenchée (soit la force motrice multipliée par son temps d’action) en énergie cinétique.

C’est par une brève mais efficace induction à haute fréquence qu’une masse d’eau voit changer sa " transparence " orientée vis à vis de la pression du champ gravitationnel. L’interception des forces du champ gravitationnel qui entre se modifie.

Il soumet environ 200 ml d’eau contenue dans un cylindre de plastique pendant une durée de une minute à une heure, à une impulsion électrique -de courant continu en dents de scie.

Cette impulsion ou déclencheur modifie le comportement de l’eau par rapport à la gravité pendant de longues périodes, voire des mois. Son installation est composée pour l’essentiel d’une balance de torsion très fiable et d’un dispositif d’enregistrement.

 
 

Dans ses essais, en 1970, il utilise des éléments de circuit oscillant à haute fréquence, les plus simples étant constitués d’un circuit avec condensateur et bobine, ou des éléments conducteurs à haute fréquence dans de l’eau conductrice ou même dans de l’eau non salée, dans un récipient adéquat.

Il faut, pour enregistrer ces écarts, puis les tracer, une balance ultra sensible. L’énergie est gratuite, ce que l’on peut prouver aux arrêts de la balance, et est des milliers de fois plus forte que celle dépensée par le déclencheur. C’est comme si on comparait l’énergie du déclencheur à celle nécessaire pour hisser les voiles sur un bateau. Cela n’a rien à voir avec la propulsion du bateau, mais fait que la seconde énergie, celle du vent peut être utilisée.

Il a été très difficile de déterminer et d’éliminer les perturbations externes, telles celles des tubes fluorescents que l’on éteint, les décharges lointaines d’éclairs, et même la présence humaine qui peut libérer des effets durant une ou deux heures .

Le Pr Peschka de l’Institut de Recherche Allemand de Technologie Aérienne et Spatiale de Stuttgart a confirmé les travaux de R. Zinsser en testant avec succès son installation. Il en a exclu toute intervention de mouvements sismiques, de courants atmosphériques, de champs statiques électriques ou magnétiques, de turbulences dues aux courants de convection, d’effets lumineux, de variations de la teneur de l’air du laboratoire en vapeur d’eau ou en gaz carbonique.

Le Pr Peschka a étudié les possibilités d’utiliser les effets de Zinsser comme force de propulsion pour de futurs véhicules spatiaux. Il crut pourtant reconnaître l’action (démentie par Zinsser) de faibles énergies électromagnétiques dans la gamme des ondes de radio ou des micro-ondes.

R. Zinsser pense que Peschka n’a décrit dans ses critiques que des manifestations secondaires de l’effet cinétobarique. Pour le Pr Zinsser son transducteur capte l’énergie du vide.
 

ET AUSSI

AMES ALAN
Appareil électromagnétique "Alcon Technologies Devices" à antigravité (Références ISNE 1994).

COOK Robert
Inventeur chez CIP Systems à Palmdale, (CA) qui a présenté au congrès de la DVS à Toronto, en 1981, son appareil dans lequel un poids en accélération est enlevé à un bras - support par un mécanisme très compliqué, pour être ensuite mis en mouvement dans la direction opposée.

EDDINGTON
En 1922, ses expériences ont montré que l’effet gravitationnel d’une masse pouvait, en fait, dévier la lumière.

EGELY Györgi
Physicien hongrois qui travaille sur l’énergie de gravitation. Il a mis au point un petit appareil autonome présenté brièvement sur ARTE le 31/01/97 à 20 heures.

HUTCHINSON John

Nous en parlerons en détail dans le prochain dossier sur les appareils sans pièces en mouvement en citant également les nombreuses expériences de lévitation qu'il a réussies et filmées. La vie de cet inventeur avait totalement changé en 1979 lors d'une expérience où le démarrage de son montage à haut voltage éjecta un morceau de métal qui vint le frapper : il avait découvert " l'effet Hutchinson ".

KELLY Don
International Association for New Science, IANS, Ft Collins CO.
Pour d’autres infos : SEA/US Newsletter PO Box 11422 Clearwater Florida 34616

Don Kelly a participé au congrès IANS en 1993 au Colorado où il a montré une maquette du convertisseur de Sweet Floyd. Il est co fondateur de Space Energy Association et éditeur deSpace Energy Newsletteraux USA. NEN a publié un résumé de ses plus récentes informations en février 1997.
Les clés des procédés à Energie Libre semblent comprendre des bobinages non inducteurs. Certains appareils ont des bobinages à deux fils sur des aimants ferrite recouvrant du baryum. Ces assemblages donnent un retard de temps de 40 % sur une hauteur de chute de 1,50 m environ.
Dans ses récents essais de chute de gravité, il a trouvé une relation certaine entre ces composants soumis à une énergie et la perte de poids des matériaux. Dans d’autres pays, des recherches ont permis de vérifier que des masses en rotation perdent du poids à des vitesses de rotation élevées. Mais au moment où l’intérêt des chercheurs était maximum, l’EPA, l’agence de protection de l’environnement à interdit la fabrication et la vente du baryum, toxique, selon elle, et a suggéré de le remplacer par du strontium dans les aimants.

MURRAY Jim

 
S'inspirant de Tesla, ce chercheur parrainé par BWT a mis au point un appareil amplificateur de couple qui exploite une géométrie spéciale. La gravitation est mise à profit pour doubler le couple des appareils magnétiques. La roue supérieure, la plus lourde et qui d’une certaine façon est toujours en train de tomber, se déplace sur la roue inférieure En tournant, elle amplifie le couple. Pour chaque livre de force appliquée vers le bas pour faire tourner la roue, on obtient un gain net de 2 livres de force vers le haut, pour doubler le couple.
 

SANDY KIDD
Ingénieur écossais qui fait des expérimentation avec un appareil à anti-gravité qui est un défi aux lois physiques car il résiste à la gravitation terrestre et produit plus d’énergie que celle qu’on lui envoie
Alors qu’il était technicien radariste de la Royal Air Force, un jour où, perché sur une échelle il enlevait un appareil à gyroscope d’un bombardier, il a eu l’inspiration pour son appareil quand, en essayant de sauter à terre, le gyroscope qui continuait à tourner le jeta violemment sur le sol.
L’explication scientifique engourdit l’esprit de la plupart des gens mais cela a lancé Sandy dans une nouvelle carrière qui l’a occupé depuis 30 ans. Des chercheurs de l’Université d’Edimbourg participent au projet de l’appareil à hauteur de $1 million.(Article de journal de Arthur Dale).

THOMAS John. A Jr
373 Rock Beach Road, Rochester, New York 14617-1316
Tél : + 1 716 467 2694 Fax : + 1 716 338 2663
http://www.servtech.com/public.jasontee &
Marlin Lewis
Entertainment Enterprises 10550 Wilshire Boulevard #1302 Los Angeles, CA 90024

Il est recommandé de contacter John Thomas pour obtenir des informations supplémentaires au sujet du Pr Searl, car c'est lui qui connaît le mieux ses travaux. Depuis mars 1995, il a fondé avec lui DISC, Direct International Science Consortium.
Il a écrit une série de livres fascinants qui résument les détails de la Loi des Carrés que Searl dit être nécessaire pour produire l'antigravité et l'Energie Libre et peut-être aussi d'autres effets. Il y décrit aussi le disque à lévitation de Searl. On en trouve des extraits de son livre : " Antigravité, le rêve devenu réalité " sur le site de KeelyNet ; son premier livre Antigravité " est particulièrement recommandé.
Pour récupérer des documents, suite à l'incendie qui a détruit la maison de Searl, il lance un appel à toutes les personnes qui ont photographié et filmé les disques à gravitation inverse du Pr Searl lors de leurs démonstrations.

WINFIELD Mel
Vancouver (BC)
Au congrès de Toronto, en 1981, remplaçant le physicien Gordon Allen de chez Boeing, il a fait quelques expériences intéressantes où différentes choses : des tuyaux de métal, des morceaux de plastique, de fer, et de bois, étaient mis en lévitation à environ 50 cm au-dessus du sol avant de retomber en suivant une trajectoire en arc latéral. C’est une induction extérieure à très haute fréquence qui produisait la modification des forces gravitationnelles dans ces objets. A noter : l’explosion de la bobine d’une perceuse qui commençait à léviter. De très fortes libérations d’énergie étaient apparemment induites dans les bobinages du moteur électrique. C’est la Compagnie Canadienne Pharos (voir Hutchinson) qui a construit cet équipement aux propriétés antigravitationnelles et perturbatrices.

WOODWARD
Auteur du brevet US 5280864 Method for transiently altering the mass of objects to facilitate their transport or change their stationary apparent weights

 


Retour au Menu



Retour au sommaire



Retour à l'Accueil