ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

Du 8 Octobre 2002

 

Information - 1-

 

Nous avions annoncé dans nos Nouvelles du 28 septembre la démonstration d’une tondeuse modifiée « à la Pantone » à Neuville au Canada. Dès le 1er octobre, au soir, C. Duchesne nous communiquait les échos dans la presse comme suit

Un reportage au Grand Journal de TQS de 17h00 ce soir (il a passé aussi ce midi)

et aussi de l'article du quotidien Le Soleil qui suit.

Un de ses amis écrit le mardi 1er octobre 2002

Re-Bonjour à tous, si vous êtes intéressés par l'économie de carburant : un ami, Christian Duchesne, de Neuville près de Québec a fait fonctionner sa tondeuse à gazon avec un mélange eau-essence en utilisant le système Pantone. Voir l'article du quotidien Le Soleil qui suit. De plus, voir le site suivant: http://membres.lycos.fr/quanthomme/PMC1.htm

_____________________________

 

Un moteur qui aime l'essence et l'eau !

Pierre Asselin
Le Soleil
Québec

 

Christian Duchesne possède une tondeuse « propre ». Elle consomme de l'essence mélangée à... de l'eau, mais surtout, le moteur n'émet pratiquement aucun polluant. Et ça peut se faire avec n'importe quel moteur à explosion, d'après lui.

Ce professeur de technologie de la commission scolaire de la Capitale a bricolé, avec quelques amis, un nouveau système d'alimentation du moteur à partir des plans brevetés par un inventeur américain, Paul Pantone.

Christian Duchesne s'intéresse aux systèmes d'économie d'énergie depuis 20 ans. Il avait entendu parler de cette technologie voilà deux ans et voulait en faire l'essai depuis. En février, il a convaincu quelques amis, dont Jacques Caouette et un étudiant, Simon Barrette, de tenter l'expérience avec lui.

La tondeuse ressemble à n'importe quelle autre, à deux exceptions près : le réservoir est un bocal qui contient de l'eau et du gaz, et le carburateur est remplacé par un système de tuyauterie qui agit comme une raffinerie en miniature.

 

 

LE SOLEIL, Clément Thibeault

 

Christian Duchesne et Jacques Caouette montrant leur tondeuse propre, propre.

La tondeuse ressemble à n'importe quelle autre, à deux exceptions près : le réservoir est un bocal qui contient de l'eau et du gaz, et le carburateur est remplacé par un système de tuyauterie qui agit comme une raffinerie en miniature.

Même si le procédé nécessite que le carburant soit mélangé à de l'eau, il ne consomme en réalité presque pas d'eau. Les gaz d'échappement circulent autour des tuyaux d'alimentation et dans le réservoir même avant d'être expulsés. Le moteur n'émet qu'une vapeur blanche. M. Duchesne ne possède pas les instruments pour mesurer les émissions, il doit se contenter de placer un mouchoir à la bouche du tuyau d'échappement. Si le tissu noircit avec une tondeuse conventionnelle, il reste propre avec le système Pantone, soutient-il.

Des expériences réalisées par des Français montrent que le monoxyde de carbone disparaît presque complètement, le CO2 descend à 12 % et le CO moyen descend à 0,2 %.

« Les gens ne sont pas au courant de cette technologie. Notre but, c'est que tout le monde puisse s'en servir. »

Pour les fins de son expérience, il a comparé deux tondeuses identiques, dont l'une a été modifiée. À partir de la même quantité d'essence, la tondeuse modifiée fonctionnait de 5 à 10 % plus longtemps. « Il y en a qui atteignent jusqu'à 50 % d'économie », affirme-t-il.

Propre, simple et pas cher

Ils ont investi quelques centaines de dollars pour réaliser leur projet, mais ils aimeraient que des universités prennent maintenant le relais et examinent l'appareil. Christian Duchesne se dit déçu qu'à part un autre bricoleur, la technologie n'ait intéressé personne ici. « Avec ça, on pourrait respecter l'accord de Kyoto et continuer à utiliser l'essence quand même, mais au Québec, on a peur d'essayer des choses nouvelles... »

Les plans sont gratuits, accessibles par Internet, pour quiconque les veut, à condition que ce ne soit pas pour une production commerciale.

Le système est d'ailleurs assez simple. Le carburant circule à l'intérieur d'un premier tuyau, autour d'une tige d'acier glissée à l'intérieur. Ce tuyau se trouve lui-même dans un second tuyau où circulent les gaz d'échappement, de façon à chauffer le système d'alimentation.

D'après Christian Duchesne, ce système constitue un mini-réacteur à plasma qui transforme l'essence en carburant non polluant, mais la nature de la réaction est encore mal connue.

 

___________________________________________________________________________________

 

Commentaire de Quant’Homme

- 1 -

Bravo à toute l’équipe de Christian Duchesne : ils ont éveillé l’intérêt sur ce système génial dans leur pays et bravo aux journalistes canadiens qui ont relayé l’information.

C’est d’autant plus important que la plupart de nos correspondants nous disent combien ce simple système – un parmi d’autres mais qui est, lui, accessible et facilement reproductible – induit l’idée que d’autres solutions énergétiques (y compris dans la production d’électricité) sont possibles, réalisables et combien elles sont passées sous silence (volontairement bien sûr).

Pour l’expérimentation sur le PMC de Paul Pantone, nous apportons notre contribution au maximum (il est bien prévu que M. David en « donne » plus ).

Imaginons ce qui se passerait si des professionnels, mieux équipés en matériel que les amateurs (bravo à eux tous en tout cas !) se mettaient de la partie et apportaient encore plus de données pour que tous puissent progresser. Il y en a qui s’y emploient certainement déjà mais ils sont d’une rare discrétion.

Ils ne sont pas les seuls, nous apprenons que, lors de foires en France et/ ou de réunions d’agriculteurs par exemple, des démonstrations se font devant un certain nombre de personnes qui elles-mêmes tentent leurs propres expérimentations et transmettent leurs résultats aux voisins, amis etc. etc. et ainsi de suite…

Nous sommes bien entendu très contents de cela mais si les expérimentateurs qui se font connaître dans leur coin nous transmettaient aussi leurs comptes-rendus nous pourrions les passer dans les pages réalisations en France, Belgique, et Canada (sans exclure tous autres comptes rendus en français venant d’autres pays).

Information - 2-

En parallèle avec ces deux « percées » de la presse canadienne, il nous paraît intéressant de reproduire ce Communiqué de Presse du 30 Septembre 2002 que nous venons de recevoir et dont voici le texte

 

Energie : Un prix de 1 million de dollars



offert par Space Energy Access Systems, Inc. (SEAS) Charlottesville, VA

http://www.SeasPower.com/zprizeannounced.htm

Le prix sera attribué à une invention qui ferait baisser de façon spectaculaire le recours aux carburants fossiles.

Ce prix sera donné à un ou des inventeurs qui fourniront aux fins de tests un prototype d’une invention qui peut remplacer les systèmes actuels à combustion interne ou augmenter de beaucoup leur efficacité.

Ce prix, le Z-prix est ainsi appelé en référence au champ d’énergie du point zéro (ZPE) que de nombreux physiciens affirment être un immense champ d’énergie que l’on peut capter dans l’espace qui nous entoure.

La société cherche tout particulièrement des systèmes énergétiques qui pourraient permettre à chacun

de produire chez soi ou professionnellement sa propre énergie sans utiliser de carburant fossiles et

- d’avoir un système destiné à augmenter l’efficacité du carburant dans les véhicules à moteur.

L’invention qui obtiendra le prix devra être reproductible, économiquement viable et pouvoir être largement et favorablement acceptée.

Selon Steven M. Greer MD, PdG de SEAS :

« Nous savons que dans le passé des percées dans la production de l’énergie ont été faites, c’est seulement qu’elles ont été censurées par un certain nombre de moyens discutables. Cette fois, nous nous engageons pour identifier et apporter au public les meilleurs systèmes d’avant-garde pour remplacer notre dépendance au pétrole et aux carburants fossiles. »

SEAS dispose d’un Bureau de Conseil technique comprenant des scientifiques et ingénieurs de premier plan. Les inventeurs peuvent leur rendre visite sur le site et terminer une application.

Les dossiers doivent être remis au 31 décembre 2002 sauf si la société estime que le concours doit être prolongé.

Ce communiqué de presse est à diffuser à toute personne intéressée et peut être repris sur tout site web.


Commentaire de Quant’Homme

- 2 -


Nous supposons que Paul Pantone par exemple sera candidat ? car maintenant il n’y a pas de doute sur le fait qu’un réacteur PMC soit reproductible (pratiquement n’importe où dans le monde) et viable économiquement (vu le coût des pièces nécessaires à son montage même si on le sophistique un peu)

Mais, quant à être accueilli à bras ouvert sur toute la planète, là, c’est une autre histoire.

Sur le principe la plupart des gens diront oui

par choix véritable et profond (nos nombreux correspondants se reconnaîtront bien là !) ou

pour le bien-être de leur porte monnaie ou

pour suivre le mouvement global qui se dessinerait dans le public grâce à des médias non persifleurs (est-ce pour bientôt ? on peut l’espérer grâce à l’article du journal ci-dessus, car n’oublions pas :on commence avec une petite tondeuse et avec ce système on peut aller bien plus loin que les montages simples et non optimisés des tracteurs…)

Certains continueront à se désintéresser du problème de la pollution planétaire surtout s’ils ne sont pas directement touchés.

Mais si le prix offert récompensait ceux qui donneraient la bonne réponse à la question quel serait l’accueil des dirigeants actuels (de tous pays) et des multinationales pétrolières en particulier, il serait quasiment gagné (en plus des lecteurs de nos pages) par des millions de personnes dans le monde…………….. malheureusement ;-(((

 




RETOUR