ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

Page créée le 25/10/2004 - mise à jour le 18/09/2006

1 - Jean-Claude  Villame : Proton et électron dans l’atome libre - http://jcvillame.free.fr 25/10/2004
2 -
Jean Téremetz :  Lumière et électricité  - http://jean.teremetz.free.fr/ce_qu_est_la_lumiere/
  25/10/2004
3 -
Jean-Marc Roeder et Siegfried De Chaudun : Introduction à  l' Holodynamique Quantique- Vision d'une "autre" physique
18/09/2006
4 -
R
aoul Hatem : Certificat d'Utilité au brevet N° 01 08712 du 29 Juin - Ensemble-moteur-semi-magnétique producteur d'énergie cinétique supplémentaire ou sur-unitaire 24/08/2007

 

1 - Jean-Claude  Villame : Proton et électron dans l’atome libre - http://jcvillame.free.fr

 

Proton et électron dans l’atome libre

L’atome ‘grave’

Détermination des coefficients de couplage des forces

gravitationnelle, électromagnétique et nucléaires (forte et faible)

 Communication scientifique N° 3a À l'Académie des sciences

 Jean-Claude  Villame

17 février - 23 mai  2004

 A  

Chercheurs, Enseignants et Candidats thésards des  Sciences de l’univers et de Physique fondamentale. Responsables de Publications, de Revues scientifiques, et de Sociétés d’Astronomie et de Cosmologie.

"Madame, Monsieur,

 Je vous adresse une copie de mes  récentes communications scientifiques n°3a et n° 3ab.

 La première : Proton et électron dans l’atome libre - L’atome ‘grave’

Détermination des coefficients de couplage des forces gravitationnelle, électromagnétique et nucléaires.

 Il s'agit d'une nouvelle application de ma synthèse des forces de la nature (01-1999), réalisée au niveau des 'vortex' particulaires subatomiques (atome classique, proton, quark, électron...). Elle prolonge celle déjà effectuée, au niveau des vortex des astres du cosmos (11-2002).

… Soit, une coupe d' 'infiniment grand', puis une coupe d' 'infiniment petit' (encore inexploré), qui font beaucoup de bulles cosmologiques... en écho à l’infinitisme de l’univers et à la monade de Giordano Bruno…

 Ainsi, à partir du système solaire dans lequel spiralent corps et éther cosmiques, je me suis

laissé porter, par vortex interposés, vers le coeur de la matière/énergie qui m’est chère : l’atome et son univers subatomique.

J’ai ainsi découvert un nouvel état primordial de l’atome, concret et quantifié.

Ceci à travers la transmutation de l’atome :

*  de l’état contracté (atome grave – rayon ~ 4,03 .10-24 m), lorsqu’il est libre (quasi isolé) ;

*   à l’état expansé (atome ordinaire, classique – rayon ~ 0,53 .10-10 m), lorsqu’il est lié (liaison chimique, en fait électronique) comme on le contraste dans la matière/énergie ordinaire : molécule, gaz, liquide, solide, corps inerte ou cellulaire (le vivant).

 Ce document présente deux découvertes.

L’une naturelle : l’atome ‘grave’, libre de liaison électronique de voisinage, par exemple dans les espaces interstellaires / interplanétaires ténus et froids ou en laboratoire, dans des enceintes de très basses pression et température.

Le rapport volumique, interastral / astre (sa matière agglomérée d’atomes liés) est de l’ordre de 1015. Le rapport de densité, atome grave / atome classique, est de l’ordre de : 2,27 x 1039.

Soit un rapport massique global d’environ : 1054, en faveur des atomes libres de l’univers, encore non détectés aujourd’hui.

L’autre théorique et expérimentale : la détermination des coefficients de couplage des quatre interactions (gravitationnelle, électromagnétique et nucléaires), en parfait accord avec les données expérimentales.

Le ‘modèle atome grave’ permet précisément la justification quantique de leur unification.

  La seconde : Charge électrique spécifique de la matière et Relation d’équivalence universelle entre Charge – matière – énergie

 Cette seconde communication s’inscrit dans le prolongement de la première et des communications précédentes. Elle présente également deux nouvelles découvertes :

     *    la quantification de la charge électrique spécifique de la matière/énergie :

0,313x 10-24 C par eV ou 0,176x 10-12 C par kg.

Ainsi que la quantification de son quantum (eG+/-) : 0, 44066 x 10-39 C, porté par la monade de matière/énergie. Ces quantifications sont liées au coefficient de couplage de l’interaction électromagnétique avec ses différentes facettes gravitationnelle, électronique et nucléaires.

   *    la quantification de la relation d’équivalence universelle E. P. M. G. entre charge électrique spécifique de la matière/énergie, de la matière et de l’énergie :

 E² = (1 + a ²)  x  (M² + P²)    =   (1 + (0, 44066 x 10-39 )² )  x  (M² + P²) 

Relation dans laquelle, a = agravitation – é.m. est le coefficient de couplage de l’interaction gravitationnelle et électromagnétique.

                                                           - * - * - * -

Le travail présenté repose fondamentalement sur les observations et expériences en physique, en astronomie et en cosmologie qui se rattachent au sujet abordé.

Le paradigme de l’électromagnétisme, force fondamentale de la nature, en est l’outil théorique.

Parmi les retombées immédiates, il justifie l’aspect perturbateur de toute tentative de mesure actuelle dans les phénomènes quantiques à très petite échelle.

En deçà du fermi et à plus forte raison à l’échelle du yoctomètre, taille de l’atome grave, la mesure est complètement destructive : le transmutant en atome ordinaire, quasi instantanément.

Mon travail appuie théoriquement l’effet Casimir, puisque la matérialité de l’éther, en tout lieu spatiotemporel, permet à l’éther d’être source et réceptacle de la matière/énergie de ce lieu. Il est inutile de s’en remettre au pseudo ‘vide quantique’, évidemment incompréhensible par les physiciens.

Cela jette un éclairage étonnant sur les bases empiriques qui ont pu aboutir à des théories spéculatives ad hoc. En cosmologie, comme : l’inflation, les cordes, la matière ou l’énergie ‘noire’, ou encore le big bang. En physique des particules, comme : les errements du modèle standard avec la négation de l’éther, l’affirmation de particules de ‘masse nulle’, ou d’entité énergétique ‘immatérielle’,…

Soit un éclairage novateur, pour corriger les dérives intellectuelles qui persistent dans ces domaines.

 Vous remerciant par avance de l’attention que vous voudrez bien lui apporter, et restant à votre disposition pour toute observation de votre part, ou tout renseignement complémentaire,

 Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées."

Jean-Claude Villame  le 23 mai 2004 
Plan Bettet    73200 Albertville Tél. : 04 79 10 06 32
Email : jcvillame@free.fr Site (Physique - Cosmologie - Philosophie) :  Vous trouverez l’intégralité de la communication de M Villame (12 pages) dans son site.

 


2 - Jean Téremetz :  Lumière et électricité  -

 

Pour ceux qui veulent pousser l'étude plus loin :

www.savoir-ce-qu-est-l-univers-et-ce-que-nous-avons-a-y-faire.net


3 - Jean-Marc Roeder et Siegfried De Chaudun : Introduction à  l' Holodynamique Quantique- Vision d'une "autre" physique

4 - Raoul Hatem : Certificat d'Utilité au brevet N° 01 08712 du 29 Juin - Ensemble-moteur-semi-magnétique producteur d'énergie cinétique supplémentaire ou sur-unitaire