ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

Les Nouvelles de Quant'Homme - Page créée le 07/02/2005 

 

Janvier 2005 : un bref tour d'horizon par Thomas Bearden


Voici le texte qui accompagnait la réponse de Tom Bearden à nos vœux. Vous constaterez que malgré sa santé précaire Tom Bearden tient à nous faire faire cette année encore, un petit tour d’horizon.

Nous  remercions Tom Bearden pour son autorisation de publier ce courrier dans notre site .

Ce texte dont les termes expriment souvent un grand pessimisme - réalisme ?  (mais d’autres écrits de Tom Bearden dans ses nombreuses correspondances sont encore plus alarmants) montre tout de même certains espoirs dans la génération montante de jeunes futurs diplômés qui ont la chance de pouvoir disposer de toutes les connaissances de base accumulées depuis des années par des scientifiques comme Thomas Bearden et / ou tant d’autres inventeurs.
 

Pour voir plus loin que les autres,
montez sur les épaules des géants.

Isaac Newton



Avant d’aborder ce texte, quelques mots sur la santé de Tom Bearden qui évoque souvent ses difficultés pas toutes dues à l’âge.  Nous savions que Tom Bearden avait eu des problèmes cardiaques, mais en lisant une partie de sa correspondance publiée dans son site, nous avons eu des détails.

Thomas Bearden :

« Mon état de santé s’est finalement stabilisé mais je reste assez faible.

Il se trouve que la mystérieuse maladie que j’ai contractée au Québec en 1968, alors que j’étais là-bas en tant que militaire, venait d’un mycoplasme de guerre biologique modifié que nos gars fabriquaient à haute dilution (2000 fois) et pulvérisaient (de concert avec les Canadiens) sur plusieurs villes du Canada et de Floride.
(Ndlr : on ne sait pas dans quel but)

Et c’est à la présence de creux dans les globules rouges enlevant de l’hémoglobine aux cellules et réduisant leur capacité à transporter l’oxygène que ma perte d’endurance qui s’en est suivie (pendant 33 ans) était due.

Au Canada, j’ai survécu grâce à certains procédés « herculéens » (sic !) pratiqués par des docteurs français, mais par la suite, la chose a incubé dans les globules rouges en se répandant très lentement pour resurgir 33 ans plus tard.

Un des aspects de la maladie est la fibrillation cardiaque qui induit l’attaque cardiaque. Un vieux copain dont je ne partageai pas tous les sujets d’intérêt m’a appelé pour me demander de mes nouvelles et a tout de suite reconnu les symptômes une fois que je lui ai parlé de l’étrange maladie contractée au Canada et il m’a aiguillé où il fallait pour que j’obtienne des informations.

Dans certaines auditions au Sénat, il y a eu faible trace de cette affaire de maladie bien que le gouvernement ne souhaite toujours pas en entendre parler. C’est ainsi que dans le traitement pour le cœur, les cardiologues bien pensants vous donnent des médicaments pour contrôler la fibrillation (autrement l’hypoxie engendre des attaques cardiaques, de l’apoplexie etc.) tout en réduisant aussi le volume de sang à pomper ce qui induit l’hypoxie qui, elle induit les attaques cardiaques : ainsi le traitement classique des attaques cardiaques vous tuera à coup sûr.

Je suis intervenu en achetant mon propre équipement pour fabriquer l'oxygène qui me permet de survivre.

J’ai enfin subi un test au sujet de cette saleté et obtenu les preuves. Il s’en est suivi une année de traitement aux antibiotiques (2002) car il est seulement possible de tuer les bestioles quand un globule rouge meurt (il vit 3 à 4 mois) et que la bête sort alors de la cellule qui meurt pour aller infecter la cellule qui la remplace. S’il y a présence d’antibiotiques dans le sang elle est tuée.

A la fin de l’année 2002, nous nous sommes débarrassés du mycoplasme. Mais j’ai conservé une fatigue chronique, toujours à la limite de l’hypoxie ce qui me gêne pour la station debout, la marche et la conduite de la voiture.
Il y a près d’un an, mon épouse a subi une apoplexie, elle n’a pas perdu l’usage de ses membres mais elle est restée très affaiblie et sa mémoire est touchée, c’est pourquoi mes journées sont bien occupées à prendre soin d’elle, à écrire encore, à l’ordinateur et ajouter des choses sur mon site web…

 

Et nous ajoutons que Tom dit aussi :

« Nous avons survécu à plusieurs tentatives d’assassinat dont une devant un témoin où je n'ai du mon salut qu'à une équipe de gens mystérieux qui ont pratiqué à cette occasion un football très particulier … »

 


Pour faciliter la lecture nous avons rajouté quelques titres.

14 janvier 2005

« Dear Bernadette and Jean,

Meilleurs voeux et merci pour vos vœux et bonnes pensées, cela illumine assurément la journée de quelqu’un qui a un certain âge !

 

Au sujet du M.E.G.

Comme vous pouvez le penser, comme vous, nous partageons (nous, les cinq inventeurs du MEG) une très grande frustration
(l’attente qui se prolonge de la commercialisation du MEG).
Nous avons travaillé de nombreuses années sur cet appareil, bricolant, faisant des réglages, le mettant au point très lentement et le brevetant.
Il faut seulement environ un an de travail soutenu et quelque 10 à 12 millions de dollars pour terminer sa mise au point en ingénierie conventionnelle et ainsi il pourrait arriver à une production de masse.

Le fonctionnement du MEG ne peut même pas être décrit par l’ingénierie électrique classique (j’y reviendrai plus loin) ainsi, le travail de finition " contrôle et stabilisation" doit être fait par une équipe de spécialistes : une de l’effet Aharonov-Bohm (A-B) et de la phase géométrique, une autre de l’oscillation non linéaire et du contrôle y compris celui de l’oscillation chaotique et des mesures, plus deux autres du développement supérieur du modèle de l’électrodynamique à symétrie de groupe (nous devons produire notre propre modèle fortement non linéaire adéquat pour l’énergie venant du vide puisqu’il n’en existe aucun dans la littérature).

A ce jour, nous avons financé tout le travail nous-mêmes, excepté deux petits dons faits par des personnes intéressées (par exemple un très bon oscilloscope à échantillonnage de temps avec toutes ses sondes). Cet effort que nous avons fourni tous les cinq a dévoré la plus grande partie de notre budget disponible et de notre temps pendant plus de douze ans.

Le comble c’est que l’effet A-B que nous appliquons abondamment et en toute liberté est prouvé et a fait l’objet de quelque 20.000 publications de papiers dans le monde entier!

L’effet n’existe pas du tout en ingénierie électrique. Pourtant, l’effet A-B permet de localiser toute l’énergie magnétique normale " bouclée", l’énergie de champ B, de l’utiliser encore mais aussi de voir apparaître une énergie de potentiel A supplémentaire dans l’espace environnant d’où le champ B normal a été retiré. Il y a là une connexion globale entre l’énergie du champ B confiné et l’énergie de potentiel A libre et extérieure.
En perturbant l’énergie du champ B confiné, on perturbe simultanément l’énergie de champ A externe, ce qui a pour effet de produire des champs E nets (par dA/dt= -E) et de renvoyer un rayonnement dans le MEG, ajoutant ainsi une énergie EM gratuite excédentaire tirée de l’environnement.

Bien sûr, ce fonctionnement est analogue à la pompe à chaleur domestique classique où l’environnement est amené à fournir une entrée d’énergie excédentaire. Une fois que l’on a une telle énergie d’entrée provenant de l’environnement, alors l’appareil peut tout à fait exécuter un COP >1.0. et ce, grâce à la thermodynamique reconnue et à la loi de conservation de l’énergie.

La pompe à chaleur classique par exemple peut sans doute avoir une efficacité globale de 50 % et gaspiller la moitié de son énergie d’entrée. Toutefois, il y a tellement d’énergie venant de l’environnement que la PAC peut encore sortir 3 à 4 fois plus d’énergie (ou de travail) que celle mise à l’entrée et qui a un coût pour l’opérateur.

Il n’y aucune raison valable pour qu’un système électrique ne puisse pas fonctionner de la même façon.

C’est seulement parce que les pionniers aimaient la symétrie que les systèmes électriques ne le font pas, et c’est ainsi que les électrodynamiciens insistent sur l’utilisation d’un circuit de courant à boucle fermée, circuit avec la source de flux d’énergie de potentiel libre installée dans le circuit en tant que charge devant être continuellement détruite.

De cette façon le circuit auto-renforce la symétrie de Lorentz (ah que c’est beau, les mathématiciens en poussent un soupir de soulagement !) En retour ceci permet d’utiliser les équations de l’invariant de Lorentz pour décrire le fonctionnement de ce système, et ces équations sont bien plus faciles à résoudre avec l’algèbre, ce qui évite ainsi d’être obligé d’utiliser des méthodes numériques pour la plupart des applications. Cependant ceci fait que de manière arbitraire les seuls systèmes choisis sont ces systèmes Maxwelliens montrant un COP < ou = 1.0. De cette manière, notre stupide communauté scientifique garantit la performance de COP < 1 de nos systèmes énergétiques (sauf les solaires, les hydroélectriques etc. qui ont des COP = infini puisque l’opérateur n’apporte pas d’énergie à l’entrée).

Mais en insistant sur les solutions algébriques et la " beauté mathématique" nos électrodynamiciens nous ont trahi en refusant nos systèmes genre P.A.C. qui donnent plus d’énergie en sortie que celle mise à l’entrée par l’opérateur. Ce qui est pourtant parfaitement acceptable aussi longtemps que l’environnement extérieur fait entrer une énergie supplémentaire.

Mais c’est à cause de ce sabrage lamentable et arbitraire des systèmes Maxwelliens que nous avons encore chez nous et au bureau  des compteurs électriques et de gaz et qu’un nombre de cartels de l’énergie extraordinairement grands et puissants se tiennent fermement aux affaires, brûlent les hydrocarbures, consomment les combustibles nucléaires, épuisant et empoisonnant l’environnement. Alors que par exemple, le moteur Wankel magnétique Takahashi (voir mon livre Energie du Vide) peut être construit facilement et mis en œuvre par n’importe quel département d’ingénierie électrique.

Combien ont été ainsi fabriqués dans nos universités, par le ministère de l’Energie ? Pas un seul !

Quoi qu’il en soit nous poursuivons les négociations avec des groupes d’investissement potentiels pour avoir le financement nécessaire pour terminer l’appareil qui, tel qu’il est maintenant n’est qu’un appareil d’expérimentation de laboratoire réussi, mais pas un appareil délivrant plusieurs kW tout fini et prêt à sortir des chaînes de montage.

Nous espérons toujours obtenir le financement et pouvoir alors arriver à un soutien total avec la mise au point définitive du MEG, et par la suite offrir des licences pour qu’il soit produit et commercialisé. Jusque là, nous pouvons juste serrer les dents et continuer à faire de notre mieux.

Le moteur Kawai

Remarquez que nous aurions aussi aimé mettre sur le marché un système auto alimenté, le Kawai, en 1997, mais les Yakuza japonais sont même venus ici en 1996 à Huntsville en Alabama , dans le but de le faire disparaître, alors que nous venions juste de conclure un accord avec Kawai lui-même qui était venu nous rendre visite.

Kawai avait déjà un moteur autonome au Japon, moteur complètement alimenté par l’énergie du vide.
Le moteur décrit par le brevet US peut être construit, on peut le faire fonctionner en partant du brevet si on utilise une commutation sophistiquée très efficace
(ndlr: c'est nous qui soulignons). Là encore, n’importe quel département d’ingénierie électrique pouvait le faire. Personne ne l’a fait ni n’est en train de le faire.

Les systèmes de Kawai ne sont pas près d’arriver sur le marché : des forces très puissantes les en empêchent directement et contrôlent maintenant son destin même. La même censure à poigne de fer est vraie aussi pour plusieurs autres systèmes japonais reconnus et développés dans le passé.

Je vous suggère d’ignorer ce qui est publié au Japon maintenant, certaines publications sont en fait des stratagèmes commerciaux.

Pendant ce temps nous partageons gratuitement et avec tout le monde les principes chèrement acquis de systèmes à énergie du vide, nous les avons gagnés grâce à plus de 30 ans de dur labeur pour arriver à les présenter sur une base scientifique correcte.
Nous faisons notre possible pour attirer l’attention des jeunes candidats au doctorat ou ceux déjà diplômés pour les orienter vers des expériences déjà connues en physique et qui prouvent ces principes.
 

…/…

Le cartel (formidablement puissant) de la fusion chaude détruira impitoyablement tout essai de ce genre visant à réduire de façon spectaculaire la dépendance à l’entrée de chaleur primaire, ce qui inclut ce qu’il a fait exactement pour détruire la fusion froide.

La fusion froide

Le véritable principe qui permet à la fusion froide d’exister fonctionne depuis longtemps en thermodynamique. Il a été démontré expérimentalement et prouvé par les thermodynamiciens sans que soit reconnue son application à la fusion froide. *

Ce mécanisme est fourni par une fluctuation statistique mesurée et prouvée des réactions dans les fluides où dans des circonstances appropriées, les réactions dans un volume allant jusqu’à 1 micron cube sont temporairement inversées, dans un fonctionnement à entropie négative, connu, démontré et accepté comme violant la seconde loi de la thermodynamique.

Exemple : dans de l’eau, un micron cubique contient environ 30 milliards d’ions ou de molécules, et dans une telle fluctuation ils peuvent maintenant avoir des réactions inversées. Les expérimentations ont montré que certaines de ces fluctuations peuvent durer et durent vraiment jusqu’à 3 secondes.

Mais c’est là que se trouve la partie dont on ne parle jamais par rapport à la preuve que ces réactions peuvent être et sont inversées. La seule chose qui empêche la fusion froide dans les solutions chimiques ordinaires, c’est la barrière de Coulomb, c'est-à-dire la répulsion mutuelle de même charge et mêmes ions.

Par certains moyens, quels qu’ils soient, si on peut faire en sorte que 2 ions D+ soient suffisamment proches de manière à ce que chacun entre dans la zone de force puissante de l’autre , alors un quasi noyau se formera et les deux seront tenus ensemble par la force forte.

Dans la fusion chaude où les réactions ne sont pas inversées par l’intervention de nouveaux facteurs extérieurs, la seule façon d’obtenir la formation de ce quasi noyau est d’ajouter beaucoup d’énergie et d’impulsion à un ou deux ions D+ de telle sorte que chacun pénètre dans la zone de force forte de l’autre ion D+ avant qu’il ne puisse être détourné par la force de Coulomb.

Si deux ions se rapprochent suffisamment avant la déviation, alors la force forte surmonte la force EM et ces deux ions voudront en fait former un vrai noyau par transformation nucléaire. Et celle-ci n’a rien à voir avec n’importe quelle exigence d’énergie élevée. Cela a à voir avec la fonction de ces quasi noyaux, grâce à quelque moyen que ce soit et à quelque niveau d’énergie possible. Dans n’importe quel cas, une fois que la force forte surmonte la force de Coulomb, certains quasi noyaux seront nés et ainsi on obtient une transmutation vers des ions He4++ qui sont des particules alpha.

Toute la communauté scientifique axée sur la fusion chaude ne semble pas lire la thermodynamique de premier plan et n’a tout simplement pas reconnu ou ne souhaite pas accepter n’importe quel moyen simple, pour inverser les réactions nucléaires connues.
Cette communauté scientifique n’a aucune considération et n’a pas d’utilisation pour de nouveaux systèmes thermo dynamiques qui ont déjà démontré leur capacité à inverser ce qu’on appelle la barrière de Coulomb, seule et unique chose qui empêche à la fusion froide d’occuper la première place.

Pour obtenir la fusion, pas besoin d’énergie élevée : il faut seulement une énergie élevée pour surmonter la barrière de Coulomb normale de façon que cette fusion puisse se produire automatiquement une fois que les ions qui se rapprochent s’entremêlent dans leur zone de force forte.

Mais comme cela devient pratique si la barrière de Coulomb elle-même s’inverse d’un seul coup et devient l’attracteur Coulomb !

Tous les tenants de la communauté scientifique de la fusion chaude et le gros cartel des centrales nucléaires font une crise d’apoplexie rien qu’en pensant simplement à une pareille horreur, parce qu’elle réduirait de manière spectaculaire ou même éliminerait la nécessité d’avoir ces gros accélérateurs, ces milliards de dollars, ces situations de prestige, ces publications prestigieuses, etc.

Bref, cela relèguerait la fusion chaude à haute énergie à un rôle de soutien très faible et anodin.

Dans certaines solutions nucléaires au deutérium, on peut augmenter les fluctuations statistiques (avec certains réseaux de palladium etc.) de telle manière que la fluctuation inversant la réaction se produise plus souvent et plus longtemps jusqu’à 2 secondes.

Et pendant une de ces fluctuations transitoires, la loi classique d’attraction de charges différentes et de répulsion de charges semblables peut s’inverser.
Quand cela se produit, les deux ions D+ s’attirent fortement l’un l’autre et le résultat de ces nombreuses paires en attraction sera une formation de quasi noyaux qui, lorsque la réaction s’inverse reviennent à leur état normal (car la fluctuation s’inverse et disparaît).
Le quasi noyau qui vient de se former est stable, ainsi on obtient une formation d’ions He4++ en excès ce qui explique l’excédent (bien connu) de particules alpha qui sont produites dans tant d’expérimentations réussies sur la fusion froide et pourtant ce genre d’information est continuellement censuré par les entourages conjoints du cartel fusion chaude et du cartel des grosses centrales nucléaires.

Et pourtant , le cartel fusion chaude lorgne sur l’hélium de la fusion froide

Le cartel fusion chaude va continuer à obtenir son financement en saignant des millions et des millions de contribuables américains, afin de construire des accélérateurs encore plus gros pour bien peu d'énergie en fin de compte, et sans jamais fournir au réseau électrique un seul et unique watt.

Il y a un cartel encore plus puissant (et même encore plus malveillant) dans l'entourage plus éloigné du cartel fusion chaude. Celui-ci est formé d’un consortium d’industries et de groupes scientifiques puissants qui prévoient soutirer aux contribuables américains des milliards de dollars et même davantage pour construire dans le monde entier des " hordes" de nouvelles centrales nucléaires "pebble bed"
(sic) (à lit de cailloux ?)

Ce cartel ne tolérera absolument pas un système ou un projet ou un procédé qui les rejetterait hors du monde des affaires. L’entourage (9 % des gens placés 3 marches en dessous de la direction sont des gens malveillants, avides **) est presque certainement celui sur qui pèse la responsabilité du meurtre de Eugène Mallove, principal militant de la fusion froide .

Ces nouvelles centrales nucléaires ont besoin de beaucoup d’hélium car c’est lui qui est leur agent échangeur de chaleur.
Cet entourage (du cartel cité précédemment) a l’intention de s’approprier et de cacher une des réactions venant du domaine de la fusion froide afin de fournir l’alimentation en hélium qui leur est nécessaire tout en continuant parallèlement à censurer impitoyablement la fusion froide elle-même.

Dans la communauté nucléaire on ne fournit que peu d’hélium et l’He4 ou les particules alpha sont un des sous-produits classiques des réactions de fusion froide au deutérium. J’ai publié l’équation exacte de ce processus dans mon livre " Energy from the vacuum " dans le chapitre sur la fusion froide.

L’entourage malveillant de cet énorme cartel des centrales nucléaires compte s’approprier tranquillement cette petite réaction de fusion froide, la cacher comme si c’était autre chose et s’en servir. Mais le cartel doit en même temps et de façon impitoyable censurer la fusion froide pour empêcher que la mèche soit vendue (la mèche étant ici une simple conversion de réaction par des fluctuations statistiques augmentées.)

L'assassinat de Eugène Mallove

Puisque Mallove avait un succès croissant dans ses tentatives de faire en sorte que la fusion froide soit acceptée par une communauté scientifique bien plus large et qu’il était aussi quelqu’un d'important dans le domaine de la thermodynamique, alors, il était évident qu’il constituait une menace inacceptable et devait  " s’en aller". Sinon, autrement il les aurait dépouillés
(ndlr: les tenants de la fusion chaude)  de leur deal de milliards de dollars et il aurait frustré tout ce grand mouvement qui remporte un succès complet en balayant tout devant lui, science et gouvernement.

Au niveau de l’entourage, ils se sont occupés du problème. Quiconque ayant un peu de bon sens n’aurait jamais cru au suicide de Gene, on ne pouvait pas s’arranger pour que cela apparaisse comme si d’un seul coup il s’était suicidé en allant au supermarché. Au lieu de cela, il fallait que ce soit fait par une méthode simple et facilement compréhensible, sans échec et aussi que cela ressemble à un crime ordinaire. Et il en a été ainsi. La mort était garantie par des coups suffisamment forts, comme si un voleur avait été surpris dans son travail.

La génération montante des jeunes diplômés

En attendant, revenons à la sortie des principes de l'EFTV (Energy From The Vacuum). Lentement, les jeunes, les futurs scientifiques commencent d’avoir une vue plus juste de l’ensemble du tableau.

Arrive actuellement la meilleure moisson de jeunes scientifiques et ingénieurs que nous ayons jamais eue dans nos universités.
Ils sont encore sous la coupe de, et contraints par l’establishment orthodoxe et par les universités mais d’une manière ou d’une autre ce n’est qu’une question de temps avant que ces jeunes scientifiques ne brisent leurs chaînes et fassent en sorte que Tout soit accompli.

En fait quelques universités commencent à faire l’expérience de ce que l’on peut nommer un militantisme sur l’Energie Libre parmi leurs étudiants. Puissent-elles en faire une plus grande expérience !

Une curieuse philosophie de certains écologistes américains

Il est surprenant qu’une partie de la communauté militante écologiste s’oppose d’une manière intransigeante au système d’énergie libre EFTV. La dernière chose qu’ils souhaitent c’est bien cela et ils le disent eux-mêmes. Ce sont des gens qui altèrent le sens légitime de « soutenable » voulant dire pour eux réduction de la population humaine des 2/3 au moins , un retour à la façon de vivre primitive, toutes les forêts et les cours d’eau étant à nouveau purs, les humains étant confinés seulement dans quelques petits villages ou enclaves très largement disséminées, bref, comme ici en Amérique du Nord avec les Indiens avant la venue des explorateurs européens. Une famille aurait ainsi une lampe à pétrole et un seul appareil de chauffage. Si elle souhaite aller quelque part ? il y a la marche ou la bicyclette.

Ils passent tranquillement sous silence les 2/3 de l’humanité qui seraient rayés de la carte planétaire …
On entend ici comme un écho des chambres à gaz nazies et des crémations des juifs pour résoudre le " problème juif ". Ne riez pas, cela pourrait encore arriver, nous pourrions le voir pendant notre vie.

Le décor a déjà été planté depuis longtemps pour cette sorte de militantisme, par exemple des propositions primitives, comme celles de Bertrand Russell porte parole et philosophe d’un groupe d’occidentaux qui écrivait dans ‘’Impact de la science sur la société’’

« A présent, la population mondiale augmente d’environ 58.000 individus par jour. La guerre jusqu’ici n’a jamais eu un grand effet sur cette augmentation qui s’est poursuivie pendant les deux guerres mondiales.
La guerre a été jusqu’à présent décevante à cet égard mais la guerre bactériologique serait peut-être plus efficace. Si une « Peste Noire » pouvait se répandre une fois par génération, les survivants pourraient procréer librement sans remplir le monde, l’état des affaires pourrait être désagréable, eh bien et puis après ? »


La guerre à armes biologiques est déjà là

Maintenant, réalisez que toutes sortes de toxines et agents d’armes biologiques *** sont déjà dans les mains de terroristes et déjà introduits, ici, aux US… et on se réveille, d’un seul coup, devant le fait que c’est imminent, par exemple la variole est en train d’être libérée sur la terre et si elle était lâchée sur n’importe quelle grande ville elle tuerait les 2/3 de sa population. Quiconque voulait acquérir les agents de la variole les plus efficaces et les scientifiques d’avant-garde dans la guerre biologique pouvait facilement les obtenir quand l’empire soviétique s’est désagrégé économiquement.
Tous les grands groupes terroristes internationaux qui souhaitaient acquérir et les agents de la variole et/ou les scientifiques spécialisés les ont obtenus.

Et aussi n’importe quel groupe terroriste qui souhaitait une importante livraison des meilleurs spores d’anthrax jamais produits les ont obtenus à partir de l’abominable île « Voz » **** où les Russes en ont simplement déchargé des tonnes et des tonnes. Faites une simple recherche avec Google sur Voz et anthrax et vous verrez de quoi je parle.

De telles armes de destruction massive (y compris nucléaires *****) sont déjà introduites aux US et au Canada, en Australie, en France, en Allemagne, au Royaume Uni etc.
C’est seulement une question de temps jusqu’à ce que toute cette saleté soit lâchée.

Il en ressort qu’un des moyens à utiliser pour nous détruire est de détruire le système actuel, centralisé d’électricité. C’est ainsi que pour survivre quand cela arrivera nous avons désespérément besoin d’une énergie propre, pas chère, provenant du vide et cela aussi rapidement que nous pouvons obtenir que ce soit fait puis étendu largement.

La nécessaire décentralisation de production d’électricité

Nous devons avoir une énergie décentralisée, fiable, libérée des carburants des pipe-lines etc. ou bien dans la débâcle à venir, notre actuel système d’énergie électrique centralisé ne survivra pas et nous serons très rapidement, économiquement détruits. Il ne faudrait pas beaucoup de temps à la communauté scientifique pour fournir très rapidement des solutions permanentes à la crise de l’énergie. Tout simplement, faisons en sorte que le vieux et sérieux establishment scientifique, libère quelques uns de ses brillants étudiants pendant deux ou trois ans, avec seulement un petit financement et très vite il n’y aura jamais plus de crise d’énergie n’importe où sur terre.

Ici, (aux US), le problème réside dans nos agences supérieures comme l’Académie des Sciences Nationale, la Fondation Nationale pour la Science, le Ministère de l’Energie, les laboratoires nationaux, les universités etc.
Notre corps scientifique dominant est encore totalement déterminé à ce que le modèle d’ingénierie électrique tristement et terriblement défectueux ne puisse ni être touché, ni altéré ni corrigé précisément de façon que de tels systèmes à énergie du vide ne puissent pas être développés.

Le modèle CEM/EE maintient la symétrie de Lorentz et utilise ainsi des équations qui sont l’invariant de Lorentz. Ceci détruit déjà n’importe quelle modélisation d’énergie supplémentaire EM utilisable provenant du vide ou de l’espace temps courbe.
Mais cela rend les équations plus faciles à résoudre, fournit des solutions bien arrêtées et ceci évite la nécessité d’une utilisation quasi-totale de méthodes numériques, ce qui est aussi vénéré par les mathématiciens qui aiment la ‘’beauté’’ (symétrie) et ont en horreur l’asymétrie. Et l’énergie réelle venant des systèmes à vide fait qu’ils sont à priori des systèmes asymétriques, ils violent donc la symétrie de Lorentz et c'est ainsi que les équations standard de l’invariant de Lorentz ne peuvent pas décrire et n’en décrivent pas du tout le fonctionnement.

En raison de ma mauvaise santé ainsi que de celle de ma chère femme, mon parcours personnel est presque terminé. Pendant les jours qui me restent je prends soin de ma femme et dans mon peu de temps libre je me concentre sur tout ce que je peux faire avec le MEG, et pour aider certains autres collègues inventeurs qui ont des systèmes à sur unité, certains même ayant été plus loin que notre MEG.

Ce qui est triste, c’est que cette énergie EM est gratuite et qu’elle l’a toujours été. Une fois payés une petite commutation et un contrôle (par exemple assembler une charge et séparer des charges et en faire un dipôle) c’est alors qu’à partir de ces charges ou de ce dipôle que s’écoulera continuellement un courant stable de photons réels et observables – de l’énergie EM véritable - dans toutes les directions.

Ce flux véritable d’énergie EM utilisable absolument réel et gratuit extrait des fluctuations foisonnantes du vide subquantique continuera à jamais sans travail ultérieur exigé de l’opérateur. Au lieu de construire exprès des systèmes électriques qui utilisent la moitié de leur énergie à détruire la bipolarité (en tirant ainsi de cette façon le flot d’énergie libre venant du vide local) nous aurions pu depuis longtemps construire des systèmes qui interceptent, collectent et utilisent cette énergie gratuite qui s’écoule sans utiliser quoi que ce soit de cette énergie collectée pour toucher, altérer ou bien détruire la source gratuite d’un flux d’énergie potentielle.

Tout ce temps perdu …

Et en se forçant à sourire… Whittaker avait déjà montré en 1903 et 1904 que tout champ magnétique et que tout potentiel EM se décompose en une série de flux d’énergie EM. Des scientifiques modernes éminents tels que Ziolkowski et Cornille ont même été un peu plus loin dans ce sens. L’article original de Whittaker en 1903 a été complètement ignoré jusqu’à ce que ces scientifiques aient avancé dans cette voie, mais le papier de 1904 a initié et établi toute une petite branche de l’électrodynamique connue comme étant une théorie de superpotentiel.

Peu m’importe la personne qui fera en sorte que les choses se fassent et les produisent sur le marché mondial, pourvu que ce soit fait.

Nous en avons tous besoin et très vite, autrement, d’ici peu, ce que nous connaissons comme étant la civilisation occidentale ne survivra pas.


Nous vous souhaitons bonne chance car l’humanité a désespérément besoin d’une électricité propre et peu chère sinon la crise d’énergie peut encore tous nous détruire. Vos efforts en ce sens sont très importants et je salue votre courage et vos convictions. »

Tom Bearden

Notes :

* Le Pr René-Louis Vallée confirme que cela ne date pas d’aujourd’hui : dès 1975 au Centre d’Etudes Nucléaires de Fontenay aux Roses, avaient été trouvées les bases qui conduisaient à la fusion froide.

** Selon Tom Bearden cet entourage est relié à toutes sortes de réseaux parallèles y compris la Mafia pour les assassinats

*** Juste quelques livres :
De Boris Poutko, mathématicien et physicien de formation, a publié en 1996 aux Editions du Rocher, un ouvrage peu connu  et pourtant très intéressant : " Les nouvelles armes de la fin du monde"» décrivant les travaux russes sur les armes bactériologiques, géotectoniques psychotropes etc.
De Jean-Pierre Petit, que l'on ne présente plus... : " Les enfants du diable - la guerre que nous préparent les scientifiques", Editions Albin Michel 1995
De Ernst Meckelburg : " Armes secrètes PSI "  Editions Pierre Belfond 1986

**** Bearden dit dans un autre document :
" L’île Voz est maintenant sécurisée par des soldats US, mais c’est comme si on avait fermé la porte de la grange une fois que le cheval s’en est échappé, puisque avant cela il suffisait l’aller ramasser des pelletées de sable là-bas, de le laver pour obtenir les meilleures spores d’anthrax."

***** Il dit aussi  :
"Plus de 200 têtes nucléaires ne sont jamais revenues en Russie quand les missiles ont été retirés d’Ukraine, elles ont été vendues au marché noir et devine qui a achetées… pas les USA, l’Angleterre, l’Australie et le Canada !"