ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

Les Nouvelles de Quant'Homme - Page créée le 26/07/2005 

 

Complément d'information sur Floyd SWEET

 

Tout récemment Tony Craddock webmaster de Tom Bearden nous a signalé une mise à jour du site  concernant Floyd Sweet.

Floyd Sweet et son premier appareil délivrant 6 watts

 

Floyd Sweet n'est qu'un exemple parmi tant d'autres pour démontrer que les chercheurs en énergie libre ne sont pas des ignares, ou des farfelus comme la plupart des gens (même des scientifiques) à qui on parle d'autres recherches énergétiques peu connues, le pensent.

C'est tellement plus facile d'évacuer les sujets qui dérangent en les cataloguant comme histoires farfelues ou canulars douteux...On peut d'ailleurs se demander quelle est la cause de ce phénomène de rejet qui se produit chez ces sceptiques et pourquoi cela les gêne autant qu'il puisse exister de petits appareils comme le VTA capables de délivrer de l'énergie à si bon compte, sans installations énormes. Pas besoin de milliards à faire peser sur les contribuables comme dans le cas du méga projet de type ITER (voir en fin de page) par exemple. Dans le cas du VTA (comme pour nombre de systèmes), un petit atelier suffit, une bonne équipe pluridisciplinaire de spécialistes en magnétisme et électricité, des aimants fabriqués exprès et des réplications d'expérimentations.

On dit en plaisantant : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Mais est-il bien sérieux, vu l'état d'urgence dans lequel se trouve la planète (la maison brûle mais on regarde ailleurs n'est-ce pas...)   de s'engager sur des projets qui ont été déjà si coûteux, qui ne pourraient aboutir que dans 50 ans alors que des systèmes ont déjà été élaborés par des scientifiques. Ces divers systèmes sur lesquels ont "planché" des chercheurs et non des moindres, ne demandent qu'à être sortis des oubliettes où on les a laissés, et à ce qu'on s'en inspire et les finalise après de nouvelles expérimentations.

Comment expliquer le silence, l'absence d'intérêt, voire ce refus d'espérer de la part de certaines personnes médiatiquement très connues pour leur souci de protection de l'environnement et leurs discours sur le sauvetage de la planète  ? Sans donner de noms, nous affirmons qu'ils ont été dûment informés de l'existence de recherches telles que celles de "GIFNET" ou de la multiplication des processeurs Multi Carburants Pantone. Ils ont accusé réception du courrier, et leur curiosité s'est arrêtée là. Triste, triste !

Ne devraient-ils pas être dans les premiers à demander des rendez-vous, déjà à l'antenne française de GIFNET, s'informer, puis s'engager en tant qu'observateurs de l'existence et des progrès dans les nouvelles technologies énergétiques, pour ensuite, à défaut d'en être les champions, au moins utiliser leur audience médiatique pour PARLER ?

Ne seraient-ils pas heureux de voir que des solutions variées qui pointent leur nez depuis longtemps ont reçu le soutien que l'on sait (voir la récente visite  à "GIFNET" du secrétaire général des Nations Unies, M. Kofi A. Annan ) ?

Il ne reste malheureusement qu'à supposer que cette absence d'intérêt de ces grands champions médiatiques de protection de la planète  est due au fait qu'ils suivent sans véritable curiosité propre les avis d'experts qui ne connaissent pas les "NTE", incompétents dans ce domaine puisque refusant eux-mêmes de s'informer après avoir catalogué ces recherches dans la zone des farfelus et canulars...Attitude non scientifique qui les amènera un jour à rendre des comptes au public et s'expliquer sur leur non implication - complicité de non assistance à planète en danger.

Etre contre quelque chose n'est pas suffisant, il faut savoir s'impliquer, réfléchir et proposer d'autres solutions utilisables très rapidement...il y a URGENCE.

Alors, si vous rencontrez des sceptiques invétérés, n'hésitez pas à les informer ne serait-ce que des références et compétences "d'un Floyd Sweet."

Ils pourront ainsi, avec ce seul exemple (mais le monde des chercheurs en Energie Libre en comporte des milliers d'autres ) réviser un peu leur position, s'ouvrir à d'autres idées, et peut-être y apporter les leurs .

 

Des références élogieuses pour Floyd Sweet : jugez plutôt ci-dessous !

Troisième en Ingénierie Electrique  ! Un prix très convoité ...Un talent inestimable dans le monde des Sciences et en Ingénierie ...Un des diplômés dont le M.I.T est très fier !

 

Sweet a travaillé sur la résonance dans les particules subatomiques. Il voyait déjà la nature du neutrino. General Electric l'a gardé comme consultant après l'avoir employé de 194 1 à 1945 avant qu'il ne soit malade.

 

Après ça, vos interlocuteurs devraient hésiter avant de vous répondre que ce "n" ième chercheur dont on parle dans des sites (comme le nôtre) qui traitent de ce que l'on nomme pour faire court , Energie Libre , n'était qu'un incompétent ou un fêlé.

Ce genre de références élogieuses ne doit cependant pas faire oublier les mérites de chercheurs beaucoup moins gratifiés de références, travaillant seuls mais également capables aussi de découvertes importantes.

 

Nous avons déjà parlé du VTA de Sweet dans notre site de base, c'est à http://quanthomme.free.fr/energielibre/convertisseurs/SPM4.htm

 

L'ingénieur Walter Rosenthal explique comment les aimants spéciaux de Sweet fonctionnaient (voir ci-après dans la lettre de Tom Bearden)

Ce cliché est extrait du futur documentaire de William Gazecki "Energy from the vacuum ". Il est aussi  possible de commander le DVD "Les secrets de Floyd Sweet"  http://www.cheniere.org/sales/sweetvideos.htm

Au sujet du VTA

 

Le VTA de Sweet utilisait des aimants ferrite-baryum de fabrication spéciale et dont le champ H était auto-oscillant. L'appareil donnait un COP de 1,2 x 10 6 avec une sortie de 500 watts pour une entrée de seulement 33 milliwatts. Sweet n'a jamais révélé comment il conditionnait ses aimants. On sait seulement que dans des aimants ferrite les auto oscillations (1) de magnétisation, (2) du seuil d'instabilité des ondes spin sur ondes spin et (3) des "magnons" sont d'environ 1kHz à 1MHz

 

Quelques mots sur Gabriel Kron

http://www.cheniere.org/misc/kron.htm

A l'époque de sa disparition on peut soutenir que Gabriel Kron était, aux USA,  le plus grand scientifique dans le domaine du non linéaire. Il travaillait sur des machines rotatives, des circuits électriques, des générateurs etc.

Même de nos jours, peu de spécialistes de l'électrodynamique peuvent vraiment comprendre son travail. Et ce qu'il a publié dans des papiers scientifiques ne laisse pas de doutes sur sa découverte d' une résistance négative. D'autres scientifiques ont commenté la découverte de Kron "trajectoire ouverte connectant deux points (n'importe lesquels) d'un circuit et utilisable pour fournir un transfert d'énergie à la demande."

Kron déclarait lui-même que, une fois sa résistance négative placée dans l'analyseur, on pouvait déconnecter le générateur car elle alimentait le circuit.

Floyd Sweet (le protégé de Kron ) était aussi chez General Electric, mais pas sur le projet d'analyseur de réseau pour l'Institut Stanford sur lequel travaillait son mentor Gabriel Kron. Toutefois, il est presque certain que Sweet a su s'inspirer des travaux de son mentor pour construire son VTA.

 

Qu'est-il advenu de l'appareil de Floyd Sweet ?

 

En février 2002, Tom Bearden répondait à des questions relatives au statut actuel du VTA, droits de propriété, réplications réussies, où trouver l'information suffisante pour reproduire l'appareil .

Nous citons Tom Bearden:

"Pour autant que je sache Sweet n'a jamais déposé de brevet (je pense que son travail était aussi une déduction ou a dérivé de la résistance négative de Kron, fabriquée à l'Université de Stanford sur un contrat General Electric à la fin des années 1930). Sweet a travaillé plus tard pour GE, et Kron était son mentor et son patron. Le travail de Kron a été retenu et n'a jamais été diffusé, bien que je donne quelques citations venant des articles de Kron, pour montrer ce qu'il a fait comprendre malgré ses censeurs y compris sa "trajectoire ouverte " entre deux points, qu'il y ait ou non entre eux une connexion concrète. Et Kron n'a jamais complètement révélé le secret de sa "trajectoire ouverte" . Dans mon prochain livre, j'en parle un  peu mais c'est la meilleure évaluation que je puisse en faire. Je ne pense donc pas que le VTA de Sweet pouvait être brevetable de façon indépendante, mais je peux me tromper là-dessus.

Pour le statut légal réel, il faudrait consulter un bon avocat. Sweet avait signé avec différents mécènes plusieurs accords contradictoires, aucun d'eux n'a jamais été "mis en ordre". A mon avis, c'est un domaine à éviter, parce que c'est un cauchemar législatif. Qui a besoin de ça à mon âge ?

On peut capter l'énergie du vide d'une centaine de façons, pas seulement une. Celle de Sweet était en fait une très bonne voie mais il y en a beaucoup d'autres.

 Au sujet de la question sur la législation des brevets, sur la façon dont un inventeur doit donner suite à son invention et tout ça, et les interprétations des diverses réglementations qui ont été faites sur des années, seul un avocat peut donner des conseils là-dessus. Sweet était marié et a laissé une veuve. Selon ses volontés, les lois de l'état, ce qu'il résulte pour les droits de brevet, c'est encore une question à déterminer par des hommes de loi et même ils peuvent ne pas être d'accord.

L'appareil de Sweet a été en partie répliqué par au moins quatre expérimentateurs. Chacun a réussi à activer les aimants et les mettre en auto oscillation, et à obtenir plus d'énergie en sortie que celle mise à l'entrée. De nos jours, on connaît bien l'auto oscillation dans les matériaux magnétiques dans les travaux sur les films minces, mais à ma connaissance, ils n'ont pas vraiment fait ça aux fréquences ELF comme Sweet le faisait, et ils ne se sont pas approchés des puissances qu'il avait. L'auto oscillation elle-même est connue, vous pouvez même acheter des livres à ce sujet. Un bon exemple est celui de V. S. 'Lvov "Wave Turbulence Under Parametric Excitation: Applications to Magnets", Springer Series in Nonlinear Dynamics, Springer-Verlag, New York, 1994. Dans ce livre il est question de l'auto oscillation dans les aimants permanents. Le Professeur L'vov est ou était au département de physique à l'Institut des Sciences Weizman, en Israel.

Une partie du problème vient du fait que les aimants doivent, premièrement être des ferrite-baryum et deuxièmement être fabriqués de manière spéciale de sorte que le noyau de baryum soit en auto oscillation avec le vide adjacent qui agit comme un semi-conducteur. Il y a un article qui montre que le vide peut en fait agir comme un semi-conducteur dans certains cas, c'est celui de Richard E. Prange and Peter Strance, "The Semiconducting Vacuum," American Journal of Physics, 52(1), Jan. 1984, p. 19-21. 

Les auteurs montrent que l'on peut considérer le vide comme un semi-conducteur. Et, particulièrement le vide dans une zone proche du noyau d'un élément super-lourd est analogue à la couche d'inversion d'un transistor à effet de champ. Les auteurs introduisent l'idée de vide inverse. Tout comme un semi-conducteur peut être manipulé en le soumettant à des champs extérieurs, en le dopant etc. il apparaît qu'il peut en être ainsi pour le vide. Sweet a utilisé cet effet et des techniques de déclenchements spéciales pour stimuler les noyaux de baryum les mettant dans de très puissantes auto oscillations avec le vide environnant. De nos jours on connaît aussi l'auto oscillation ELF dans les noyaux

Le plus grand problème est d'obtenir une auto oscillation forte, stable, établie entre les aimants eux mêmes avant de construire l'appareil. Une fois que c'est fait, l'appareil de Sweet peut être reproduit.

Son premier modèle produisait seulement 6 watts, mais le second donnait 500 watts de sortie pour une entrée de 10 Volts, 33 milliampères. Ainsi c'est un COP d'environ 1.500.000 (si je n'ai pas perdu de décimale en route !)

Aucun des inventeurs que je connais qui l'a reproduit n'est jamais arrivé à un tel COP. A ma connaissance, la plus longue activation réussie a été de 6 semaines. Il y en a au moins un qui a allumé une ampoule de 100 watts ou quelque chose comme ça, mais la sortie s'affaiblissait. Souvent, l'activation, faite par d'autres personnes durait seulement une minute ou deux ensuite quelques minutes au mieux etc. A mon sens, oui, on peut reproduire cet appareil et le développer mais seulement avec une équipe pluridisciplinaire très compétente.

N'oubliez pas qu'il existe plus de 200 effets connus en magnétisme et que seulement la moitié d'entre eux est bien connue. La connaissance du reste va de "assez bien " à "quelque chose" et à "pas du tout" . Le type d'auto oscillation très forte que Sweet réussissait à faire est à mon avis dans la catégorie "un petit peu compris ". L'ingénieur en électricité classique qui pense aux aimants seulement en termes de pôles nord et sud est condamné à l'échec. Le magnétisme, c'est bien plus compliqué que ça : voyez simplement n'importe quel texte en sciences des matériaux dans des universités modernes ou dans les phénomènes magnétiques de la science des matériaux.

Autre chose : Sweet choisissait soigneusement ses aimants dans de nombreux surplus. Il n'y en a qu'un sur 30 qui ait un champ suffisamment uniforme entre deux points voisins pour entretenir l'auto oscillation . C'est une affaire de fabrication  et en théorie on peut dépasser ça. Mais trouver des aimants fabriqués avec une variation locale de 10 % ou moins, est une chose difficile avec les aimants du commerce.

Aussi quand on considère l'effort pour dupliquer, ce serait assez coûteux (d'un point de vue individuel) . Cela exige une bonne équipe en science des matériaux, avec des spécialistes dans deux branches différentes du magnétisme. Il existe de tels spécialistes, mais il n'y en a pas beaucoup.

En ce qui me concerne, de toutes façons, ce sont seulement des expériences qui se sont trouvées sur ma route. Pour le moment je suis totalement impliqué avec notre propre MEG et je me concentre dessus.

Cordialement. Tom Bearden

 

Il est toujours possible d'aller plus loin avec des documents en anglais

Extrait de "Extracting Electromagnetic Energy from the Vacuum," IC-2000, par Tom Bearden.
http://www.cheniere.org/techpapers/paper%20IC-2000%20editing%20copy3.doc

Floyd Sweet et T. E. Bearden, "Utilizing Scalar Electromagnetics to Tap Vacuum Energy," Proceedings of the 26th Intersociety Energy Conversion Engineering Conference (IECEC '91), Boston, Massachusetts, 1991, p. 370-375.
http://www.cheniere.org/techpapers/sweet%20bearden%201991/sweet%20bearden%201991.htm

 

 

 

Dernière minute, juste pour faire quelques comparaisons ...

 

 

MAHG

Générateur à Hydrogène Atomique de Moller

Prévisions à partir des améliorations apportées au montage par Jean-Louis Naudin en Juillet 2005

 

Une heure de tests pour confirmer les précédents résultats à COP > 10 des précédentes mesures

 

 

 

Résultats

COP > 21,2

 

 

Pas de rayonnements anormaux  à proximité (pas d'alpha, beta, gamma et X) : le procédé MAHG est propre

http://jlnlabs.imars.com/mahg/tests/mahg2d.htm

 

ITER

 

Prévisions selon Sciences et Avenir d'août 2005

 

"...sur 10 ans, il va coûter 5 milliards d'euros, 2 fois et demi le coût du prochain accélérateur LHC de particules du CERN" (et les 40 années suivantes ? )

..."La France déboursera 900 millions d'euros sur ces 5 milliards...(et après ?)

...ITER n'est pas une centrale, il faudra encore voir 10 fois plus gros pour que les réactions s'auto entretiennent jusqu'à produire plus d'énergie qu'on leur en aura fourni. (small is beautiful aussi !)

ITER ne réglera pas la question énergétique, la promesse est celle d'une énergie abondante...mais cela ne devrait pas être possible avant 2050 soit à priori après que la production de pétrole ait commencé à décroître. (et sans compter la flambée des prix du baril )

Construire ITER n'est donc pas une réponse à la crise énergétique qui se profile...

...ITER n'est pas si propre, la production du tritium radioactif par le réacteur nécessitera de grandes précautions. De plus le bombardement de neutrons lors des réactions de fusion rendra radioactifs les éléments de la machine. Incidemment, fabriquer ces matériaux est un des défis à relever.

...ITER est international : 20 % des personnels seront japonais, 40 % européens et 20 % des contrats de fabrication iront au Japon. "(et quid des 40 % non japonais et non européens ?)